Journée régionale de sensibilisation avec France-AVC 59/62 « Louis Hardy » à Saint-Omer, mardi 23 octobre 2012.

          France-AVC 59/62 « Louis Hardy » est une ASSOCIATION D’AIDE AUX VICTIMES D’ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL. Mardi 23 octobre 2012, une journée régionale de sensibilisation a été organisé à Saint-Omer afin d’informer et sensibliser le grand public. J’ai participé à la conférence qui eu lieu en soirée à la maison des associations, en présence de nombreux médécins, Neurologue, MRP ainsi qu’une assistance nombreuse.

Le but de cette association nationale ayant une antenne régionale est :

* d’Informer le public, les pouvoirs publics et les médias sur les accidents vasculaires cérébraux.

* d’Apporter une aide et un soutien aux patients et aux familles de patients victimes d’AVC.

* d’Aider à la formation des médecins et des personnels paramédicaux.

* d’Aider à la recherche sur les AVC

Qu’est ce qu’ un AVC ? « Un accident vasculaire cérébral survient lorsque le flux sanguin rencontre un  obstacle (caillot sanguin ou vaisseau sanguin rompu) qui bloque son passage vers  les différentes parties du cerveau, ce qui prive ces dernières de leur apport  vital en oxygène, causant leur disfonctionnement puis leur mort en quelques  minutes. Le nombre de personnes atteintes en France est estimé à 500 000 tandis que celui des nouveaux cas annuels est évalué à 150 000.

Les effets dévastateurs d’un accident vasculaire cérébral sont souvent permanents car les cellules cérébrales mortes ne sont pas remplacées. Il existe deux types d’AVC : les AVC ischémiques ou infarctus cérébraux (80% des AVC) : artère bouchée par un caillot de sang, ce qui bloque la circulation sanguine • les AVC hémorragiques (20% des AVC) : rupture d’une artère, déclenchant une hémorragie intracérébrale ou rupture d’un anévrysme (malformation vasculaire congénitale), entraînant une hémorrgie méningée.

Il arrive que l’accident ne dure que quelques dizaines de seconde ou quelques minutes : on parle alors d’accident ischémique transitoire, lequel peut annoncer la survenue d’un accident définitif.

Que faut-il faire ? La prise en charge en urgence de l’AVC par une équipe spécialisée permet de réduire ses conséquences. Malgré cela, l’AVC reste une maladie grave, les deux tiers des personnes atteintes conservant des séquelles et certaines devenant dépendantes dans leur vie quotidienne.

Toute suspicion d’AVC nécessite une consultation médicale en urgence ou l’appel téléphonique immédiate du centre 15 (pompiers et SAMU) pour assurer le transport du patient vers un service hospitalier compétent.

Un seul réflexe à retenir lors des premiers signes: toujours faire le  15 !!!  Voici le lien vers le site national pour toutes les informations : ww.franceavc.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*